Le gaz renouvelable contribue au développement rural et peut réduire les émissions de GES jusqu'à 12%

Représentation du biogaz

Dans la Conférence européenne sur le biogaz 2020 Le grand potentiel du biométhane a été mis en évidence, fournissant de l'énergie renouvelable et contribuant au développement rural, conformément au pacte vert européen. Dans des déclarations de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen: "Pour la neutralité climatique en 2050, nous avons besoin d'un approvisionnement en gaz 100% renouvelable basé sur des gaz verts, tels que le biométhane et l'hydrogène." 

En Europe, le biométhane a un énorme potentiel pour décarboner l'économie du continent, en comptant sur l'utilisation de cultures intermédiaires, qui en plus des bénéfices qu'elles procurent au sol, constituent la matière première pour la production de biogaz. La croissance de ce secteur jusqu'en 2030 pourrait être exponentielle, avec la construction de quelque 10.000 18.000 usines de biogaz, pour s'ajouter aux XNUMX XNUMX existantes. Des politiques de soutien seront nécessaires pour donner confiance aux investisseurs, exigeant des objectifs ambitieux et maîtrisés pour les carburants avancés, y compris le biogaz et le biométhane, des réglementations qui facilitent l'accès aux réseaux de gaz, en plus d'un système de garanties d'origine qui permet le commerce transfrontalier.

Le secteur agricole joue un rôle essentiel dans ce secteur

Tant pour son potentiel que pour être générateur de volumes importants de GES, il nécessite des incitations qui créent un cadre favorable aux investissements et au soutien économique des projets de biogaz, notamment dans les installations elles-mêmes. 
En plus des avantages environnementaux, la digestion anaérobie produit des bioproduits, tels que les biofertilisants, retourne les nutriments au sol et peut générer des empreintes carbone négatives en raison de la séquestration du carbone dans le sol. Ce secteur évoluera vers l'agroécologie, avec des installations proches de la production de déchets. Le biométhane ne peut donc pas être jugé uniquement sur ses coûts de production, mais aussi sur ses nombreux avantages, environnementaux, gestion des déchets, amélioration de la sécurité d'approvisionnement, développement rural, etc. et en tenant compte des facteurs mentionnés, il est compétitif par rapport aux autres alternatives à faible émission de carbone. 
Selon l'Association mondiale du biogaz (WBA), les coûts moyens actuels de production de biométhane, autour de 60 € / MWh, pourraient être inférieurs au coût du carbone en 2030, estimé à environ 200 € / tonne de CO2.

Il existe de grandes différences dans la production de biogaz au sein de l'UE

La France, avec la «Loi de transition énergétique pour une croissance verte» en 2015, a fixé un objectif selon lequel 10% de la consommation en 2030 serait du gaz renouvelable. Actuellement, 155 usines injectent du biométhane dans le réseau. Le taux de croissance est unique dans l'UE, avec en moyenne une nouvelle usine de biométhane par semaine, avec 1.000 2050 projets inscrits au registre des capacités de réserve. En 100, il aura XNUMX% de gaz renouvelable.

En Suède, au Danemark et aux Pays-Bas, il existe des stations-service fournissant du GNC 100% biométhane. Au Danemark, 10% du réseau fournit du biométhane.

En Espagne, nous sommes dans un état naissant, quelque 250 usines produisant de l'électricité et seulement deux usines de biométhane injectant le réseau, en plus d'autres à petite échelle ou démarrant des opérations. Étant l'un des pays de l'UE ayant le plus grand potentiel, ce parc est inapproprié. Les principaux obstacles sont: l'absence d'un cadre réglementaire qui encourage l'investissement, la production et la consommation, et l'absence de système certifiant l'origine renouvelable du biométhane permettant sa commercialisation à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Le secteur compte sur sa capacité à satisfaire la demande croissante du secteur et fait confiance à l'application de l'article 10 Projet de loi sur le changement climatique et la transition énergétique sur la promotion et les objectifs des gaz renouvelables, qui prévoit:

  • objectifs annuels de pénétration des gaz renouvelables dans la vente ou la consommation de gaz naturel,
  • un système de certification qui permet la supervision et le contrôle, et
  • des réglementations favorisant l'injection desdits gaz renouvelables dans le réseau de gaz naturel.