Chauffage domestique à biomasse et émissions: analyse de l'AIE

Tableau avec les données sur les émissions de biomasse

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié un análisis sur les effets du chauffage domestique à biomasse sur la qualité de l'air. Parmi ses conclusions, l'analyse souligne que les chaudières et les poêles à biomasse modernes respectent des limites d'émission strictes lorsqu'elles sont utilisées de manière appropriée, bien qu'elle prédit un ajustement de plus en plus strict de celles-ci au niveau législatif dans l'UE.

Assurer de faibles émissions

La combustion de la biomasse solide peut émettre plusieurs polluants dans l’air, ce qui a provoqué une certaine suspicion de réchauffement à la biomasse dans le secteur résidentiel.

Nos niveaux d'émission de chauffage résidentiel varient considérablement selon l'équipe, son fonctionnement et les caractéristiques du biocarburant utilisé.

Par exemple, les cheminées à foyer ouvert et les poêles à bois traditionnels génèrent de grandes émissions de polluants atmosphériques et leur utilisation devrait être découragée dans les zones urbaines pour des raisons de qualité de l'air, selon l'analyse de l'AIE.

En revanche, les chaudières et les poêles à biomasse modernes respectent des limites d’émission strictes s’ils sont utilisés de manière appropriée.

Quels polluants atmosphériques la combustion de la biomasse solide émet-elle?

La combustion de la biomasse solide peut libérer des composés organiques volatils (COV) et des particules (carbone de la biomasse, de la suie et du goudron). Une combustion incomplète émet également du monoxyde de carbone (CO).

En outre, la combustion de la biomasse solide produit des polluants gazeux tels que les NOx et les SOx et, si le bois est contaminé par des métaux lourds et des composés chlorés organiques, il peut émettre encore plus de polluants.

Dans les grandes installations à biomasse, les équipements d’épuration des gaz de combustion peuvent réduire les émissions à des niveaux acceptables s’ils sont correctement conçus.

Dans le chauffage à petite échelle, on utilise couramment une biomasse ligneuse non contaminée. Dans l'image d'en-tête, les fractions typiques du carbone organique (CO) et des particules (PM) sont présentées selon différentes technologies de chauffage à la biomasse.

Meilleure biomasse que les combustibles fossiles

Les combustibles fossiles utilisés pour le chauffage, en particulier le charbon, produisent de grandes émissions de polluants atmosphériques.

Par exemple, la combustion du charbon pour le chauffage résidentiel peut générer des émissions de particules de 20 à 430 g / GJ (Butcher et Ellenbecker, 2012), ainsi que des émissions de dioxyde de soufre (SO2) plus élevées que les biocombustibles.

L'analyse note également que les émissions de particules de gaz naturel sont inférieures à celles de biocarburants solides.

Comment améliorer l'efficacité de l'équipement ménager

La combustion complète de la biomasse minimise les rejets de polluants dans l'air.

Assurer une combustion complète nécessite un mélange idéal des gaz combustibles et de l'air de combustion, un rapport air-carburant adéquat, un temps de séjour dans la chambre de combustion et une température de flamme suffisantes.

Résoudre les conséquences d'une combustion incomplète il y a des mesures secondaires, tels que les convertisseurs catalytiques et les précipitateurs électrostatiques, qui réduisent les émissions.

Toutefois, la mesures secondaires ils ne sont généralement pas installés dans des équipements résidentiels en raison de leur coût élevé.

Equipement manuel et automatisé

Le mode de fonctionnement de l'équipement de chauffage influe grandement sur les émissions, en particulier dans les chaudières et les poêles fonctionnant manuellement.

Dans les systèmes manuels, l'allumage, la quantité de biocarburant introduite dans la chambre de combustion et le niveau d'air de combustion fourni doivent être gérés avec le plus grand soin, conformément aux meilleures pratiques, afin de minimiser les émissions.

La gestion manuelle de ces conditions pour assurer une combustion presque complète est compliquée, de sorte que les émissions réelles peuvent largement dépasser celles définies dans les conditions d'essai.

Cela souligne l’importance de prendre en compte les conditions de fonctionnement réelles lors de l’élaboration de normes d’émission.

Nos appareils automatisés plus sophistiqué peut maintenir les conditions nécessaires pour réaliser un combustion presque complète de la biomasse et, par conséquent, génèrent de très faibles émissions quand ils fonctionnent correctement.

La pertinence de la qualité des biocarburants

L'utilisation de biocarburants appropriés est également essentielle. Pour maintenir les émissions à de faibles niveaux, la teneur en humidité, la taille et la teneur en cendres du biocarburant doivent être appropriées.

L'application de normes de qualité pour les biocarburants, tels que ENplus® pour les granulés de bois et pour les systèmes de mesure de la combustion et des émissions, ils peuvent en outre réduire l'impact du chauffage domestique utilisant la biomasse sur la qualité de l'air.

La législation qui vient: plus de restrictions

Dans 2017, la Commission européenne a annoncé l'imposition d'infractions à l'encontre des États membres de 16 pour concentrations excessives de PM10 (particules solides de diamètre inférieur à 10 μm).

Par conséquent, il est probable que la réglementation, la surveillance et le caractère obligatoire des répondre aux niveaux d'émissions deviennent plus strictes pour les systèmes de chauffage résidentiels à biomasse solide.

L'Italie, qui possède le plus grand marché d'équipements de chauffage domestique à pellets en Europe, a récemment approuvé une nouvelle législation visant à classer les foyers à biomasse en fonction du niveau d'émissions polluantes.

Le chauffage à la biomasse solide offre une alternative renouvelable et avec moins d'émissions de carbone que les systèmes à base de combustibles fossiles, mais Il est possible que les politiques européennes exigent de plus en plus une limitation progressive des émissions.

Objectif: réduire davantage les émissions

Minimiser les émissions grâce à utilisation de technologies sophistiquées, Avec un sélection appropriée des biocarburants et mettre en œuvre le les meilleures pratiques sera la clé de l'avenir du marché du chauffage résidentiel à la biomasse.

Cela est déjà évident dans des pays tels que l'Allemagne, les Pays-Bas ou la France où l'éligibilité aux subventions pour l'installation de chaudières à biomasse est liée à des critères d'émission minimum.

Plus d'informations www.iea.org

source: https://bioenergyinternational.es/calefaccion-domestica-con-biomasa-y-emisiones/